4.05.2008

je vous donne un nouveau rendez-vous

Comme annoncé , ce blog touche à sa fin...il va désormais rejoindre l'univers des témoignages, puis des archives et sans doute de l'oubli.
je vous donne rendez vous sur mon nouveau blog :
http://dole-lapromessedelaube.blogspot.com

Demain est un autre jour!
Jean-Philippe Lefèvre
Adjoint à l'action culturelle de Dole
1995-2008

4.03.2008

Jules Dassin et Dole/Le centre national du patrimoine de la chanson en représentation ce soir à Dole


Jules Dassin et la "promesse de l'aube" à Dole
Le réalisateur est mort à 96 ans...retour sur image(s)
C'est en 1970 que Jules Dassin adaptait l'oeuvre de Romain Gary pour le Cinéma. La mère de l'écrivain étant russe, il fallait trouver une ville restituant une atmosphère d'Europe centrale l'hiver. Dole fut choisie .Je suis bien incapable de dire si la situation de jacques Duhamel(qui n'était pas encore ministre de la culture) au gouvernement Chaban a été décisive.
Ce dont je me souviens en revanche c'est de ma stupéfaction et de celle de mes parents découvrant Dole sur notre téléviseur alors que nous habitions encore Paris...la rue du Collège et la place nationale sous la neige...dans mon souvenir il s'agissait de la Pologne.A relire le script il s'agit sans doute davantage de la Russie.
J'ai eu l'occasion dans mon premier mandat de discuter avec d'anciens employés municipaux qui se souvenaient avoir été obligés de décrocher les volets alors encore très nombreux en centre ville pour les besoins du film.
Je suis persuadé que les dolois auraient plaisir à revoir ce film. Pourquoi pas au studio de la MJC?Il y aurait alors matière à découvrir combien notre ville a changé en 35 ans.
Le centre national du patrimoine de la chanson et Dole
Ce soir un spectacle était donné à Dole par ce qu'il est convenu d'appeler"le hall de la chanson" .Cette venue était programmée il y a plusieurs mois dans le cadre de la saison de scènes Du Jura. Le "hall de la chanson" est connu administrativement sous le nom de "centre national du patrimoine de la chanson, de la variété et du jazz".
Durant la dernière campagne électorale , J Claude Wambst annonçait que s'il était Maire ce centre (dont on n'annonçait pas le mot "patrimoine")viendrait s'installer à Dole.
Des membres éminents du conseil d'administration de la structure et le cabinet du ministre de la Culture demeurent à ce jour sans information sur ce projet.
S'il est vrai que des partenaires financiers sont recherchés pour permettre au centre d'étendre son action (Lille a été approchée) le départ du centre national du patrimoine de la chanson de Paris à une ville de province demeure nébuleux...
Bref une affaire à suivre ; en attendant le site internet du "hall de la chanson" mérite un vrai détour. Le professeur d'histoire que je suis y fait très souvent référence.

4.01.2008

Retour sur un passé récent...





























Voilà nous avons perdu les élections municipales...pas question pour moi de commenter la campagne...je le ferai en historien politique scrupuleux plus tard .
je veux simplement raconter ce que furent les 10 semaines qui ont précédé l'échéance électorale...raconter que le travail continuait...des projets naissaient...rien que de bien normal en fait.C'est ce que je souhaite que mes lecteurs découvrent . Un élu local "bosse" jusqu'au dernier jour comme si demain était à lui.
Je ne ferai qu'un bref résumé des mois de janvier et février 2008.
Puis je cloturerais ce blog dont l'existence ne se justifiait que par le mandat dont j'étais porteur. Rassurez vous.J'en ouvrirai un nouveau,pour un temps nouveau: celui de l'analyse , de l'étude , du regard que je porterai demain sur les politiques doloises et qui sait , faire des propositions pour demain et après demain.
Pèle-mèle :
- les incroyables représentations les 24 et 25 février du Soldat Rose en avant première à Dole avec un projet de résidence annuelle pour l'avenir ( mais l'avenir proche ne m'appartenant plus...
-l'inauguration festive de l'exposition de Lilian Bourgeat au musée des Beaux arts de Dole qui confirme sa place éminente en région.
- la conférence du Père Fouchard sur l'échange Apôtres/prophètes de la chapelle du collège saint Jérome le 26 février . Une conférence passionnante qui mettait fin à la "polémique entretenue" sur le déplacement des statues de la collègiale à la chapelle . Certains pensent que cette polémique nous a couté des voix...j'aurai l'occasion plus tard de réouvrir le dossier...les protagonistes d'alors pourront se retrouver.
- rencontre avec l'ambassadeur de Slovénie en février également...avec un formidable projet d'échanges culturelles avec l'europe orientale dans le cadre de la saison française .
- réunion autour du projet de festival des musiques amplifiées que j'ai voulu et fait inscrire dans le programme de notre liste aux municipales afin de prendre date et de placer le développement des musiques amplifiées comme l'une des priorités culturelles d'un nouveau mandat. Une synergie de tous les acteurs jurassiens et comtois etait nécéssaire.
- les bureaux d'adjoints tous les lundis à partir de 20h30...j'avais souhaité fixer une de ces séances...je la livre à toutes et tous Guy Boucaut Directeur des Services techniques ,un grand serviteur de la collectivité dans ce que ce terme a de plus noble, expliquant aux élus profanes , un plan toujours trop complexe...ainsi allaient nos lundis
Bref toutes ces rencontres, toutes ces réunions portaient en germe des projets pour l'avenir de Dole. le sort des urnes ena voulu autrement. Il n'y a aucun regret dans mon propos . Je concluerai comme D'O rmesson dans un récent ouvrage. Il cherchait un titre pour résumer ses mémoires. Un titre court , propre comme l'est sa langue ..."c'était bien"...oui c'était bien.

1.02.2008

Voeux 2008

je dois cette caricature à Thomas Gaudin...élève en terminale ES...bravo thomas et merçi de rendre hommage à mon régime!

le 29 décembre les élus offrent le vin chaud


rencontre traditionnelle, les élus distribuent du vin chaud aux passants...l'occasion de discuter des projets municipaux...des petits problèmes quotidiens. J'ai eu l'opportunité de revenir ainsi sur le déneigement du "chemin des pins" qui avait animé une réunion du quartier de Rochebelle il y a quelques mois.
Toujours un moment privilégié de la démocratie de proximité.

12.28.2007

Adjoint à l'action culturelle de Dole au terme d'un mandat: tout m'est bonheur!(enfin presque)






























Les échéances democratiques bien que se rapprochant ne ralentissent pas les activités de fond. Il faut déjà envisager la saison culturelle doloise à venir , poursuivre les chantiers engagés au niveau national à la FNCC, accompagner ici et maintenant les acteurs culturels dolois. Une élection c'est une respiration , une bouffée d'oxygène nécessaire pas une embolie!
Les 2° et 3° semaines de décembre ont été chargées . J'en retiens quelques éléments forts
- présence attentive et amicale aux cotés de mes amis Jongleurs à l'occasion des répétitions puis des représentations de "Violettes Impériales"
- soucis d'être présent (comme le sénateur Maire d'ailleurs) à l'ensemble des concerts de l'auditorium (mention spéciale pour la Maîtrise dans la catégorie des "auditeurs du soir"). Il faut noter la soirée d'exception passée à écouter Chiarra Banchini .
- accueil d'une famille de photographes tchèques de Tabor à la médiathèque à l'occasion d'une très belle exposition mais également l'organisation d'une soirée débat avec des élèves de terminale autour du "printemps de Prague". Cette rencontre pourrait être une préfiguration de "cafés histoire" dans l'esprit des très nombreux "cafés philo" ou "cafés citoyens" dont les succès sont indéniables.
- intervention lors de la première réunion de travail autour du projet de festival de musiques amplifiées de Dole. Des personnes ressources très différentes étaient autour de la table . Je retiens les propos d'un jeune homme présent :"avant moi j'étais total anti-Dole maintenant avec tout ce qui se fait avec La Commanderie, le projet de festival, les caves j'suis à fond pour!"
- découverte des travaux réalisés au musée par des enfants dans le cadre des ateliers autour de l'exposition Fleury. Je demeure très fier de toute la politique de sensibilisation aux arts pour les plus jeunes que nous avons mise en place depuis quelques années. Politique pas forcement médiatique(voire médiatisable encore que de très beaux articles aient salué le travail du musée vis à vis des enfants) et sur le long terme mais c'est là sans doute que la collectivité remplit sa mission la plus essentielle .
- participation à un bureau de la FNCC et mon rapport en présence de Carole Scipion commissaire adjoint de la saison culturelle européenne en France sur la place des collectivités locales dans le cadre de la politique des "saisons" de "cultureFrance". Rendez vous sur le site de "culturesfrance" http://www.culturesfrance.com/cooperation-et-ingenierie-culturelle/saisons-culturelles/po15.html. Le propos sur "la dynamique des partenariats...avec les collectivités locales" est un petit résultat de mes interventions auprès de "culturesfrance" depuis 4 mois. Pour la première fois des projets portés par les seules collectivités vont pouvoir bénéficier d'un agrément "culturesfrance" et participer ainsi au rayonnement complémentaire des saisons. Pour notre part c'est le projet autour de "Nodier l'européen" qui semble retenir l'attention de "culturesfrance".
Une surprise à ce bureau de la FNCC...un tour de table a révélé que plus de 60% des membres ne seraient plus autour de la table en avril quoiqu'il arrive .
- soirée dans le très beau théâtre Edouard VII pour voir la pièce de Guitry "mon père avait raison" avec Claude et alexandre Brasseur. Didier Guéniat et Olivier Peyronnaud diront si cette pièce aura ou non sa place dans la saison à venir.
-la distribution des colis de Noël à nos aînés. C'est un moment que j'affectionne tout particulièrement.
Je dis beaucoup "je""mon""ma" dans cet article. C'est parce que je résume mon emploi du temps...mais ces deux semaines comme les autres d'ailleurs sont le fruit de l' alchimie des rencontres et des passions partagées.

12.10.2007

En décembre...the show must go on!






















Petit compte rendu de la semaine écoulée.
Mercredi 5 décembre : spectacle de Michel Lebb à La Commanderie.
Belle ambiance , une salle d'environ 1000 spectateurs. Lebb enchaîne chansons et sketchs avec une énergie assez incroyable. A l'issue nous dînons ensemble. La présidente de l'Association "entreprendre et réussir" est des nôtres. Michel demeure enthousiaste quant à son nom"Bourgeois République"!
Vendredi 7 décembre : visite de Daniel Calling, président du Centre National de la Variété en compagnie de Catherine Giffard directrice du CNV.
A cette occasion Gilbert Barbier, Didier Guéniat et moi-même développons notre projet d'un festival de musiques amplifiées qui rééquilibrerait la Franche-Comté . Au nord les Eurocks l'été, au Sud Dole en Hiver... Daniel Calling est orfèvre en la matière : fondateur et Président du Printemps de Bourges, créateur des Zéniths et enfin imprésario de nombreux chanteurs.
Samedi 8 décembre : Concert de l'ORE . Environ 120 mélomanes sont venus écouter un trio de cordes à l'auditorium. Beethoven en première partie, Dohnany en seconde. J'ai beaucoup aimé sa sérénade aux accents d'Europe Centrale.
Le même soir 900 personnes ont applaudi Jane Manson à St Jean.
Dimanche 9 décembre : petite visite à l'assemblée des anciens marins...mon père y recevait une médaille..."la royale" fait partie du paysage familial : mon grand-père à Cherbourg puis Bizerte et mon père à Hourtin puis Alger et Toulon...Le cuirassé Jean Bart relève de l'épopée "lefèvresque".
Les auditeurs du Soir : le moins que l'on puisse dire c'est que nôtre pari de faciliter une rencontre "naturelle" avec la musique classique est en passe d'être gagné. C'est plus de 150 personnes qui se sont rendues à l'auditorium Karl Riepp. Peu à peu les auditeurs vont prendre l'habitude de réserver...il y avait encore quelques tâtonnements ce dimanche mais chacun a pu profiter de ce concert Flûte/violon et orgue.
Gilbert Barbier et moi-même nous sommes partagés la visite historique de l'ancienne chapelle du collège Sait Jérome.

12.08.2007

Que vienne la paix des braves...

Il m'arrive souvent de réagir à tel ou tel évènement ou à son traitement dans la presse. J'avoue que mon style souvent pamphlétaire peut "secouer". Il n'y a alors que mon soucis de donner une autre vérité. Pas la vérité mais "ma vérité".Bref tout cela est très subjectif.
Pour le reste chacun fait son travail en conscience. Je dois reconnaître que la couverture des évènements culturels de la ville est tout à fait conséquente .Les nombreux articles de la semaine écoulée en sont la preuve.
Mon dernier papier était sans doute par trop mordant. Il m'a aussi donné l'occasion de préciser une politique que je porte avec enthousiasme. Finalement tout ce qui est excessif est inutile.
Je vais revoir tout cela.

12.05.2007

Ne pas affaiblir le Moulin de Brainans

Un petit billet d'humeur (comme l'on dit) dans la presse locale avant hier a attiré mon attention . Ce petit article titrait sur le grand malheur des musiques amplifiées à Dole . Je résume :
- il y a la Commanderie qui propose du Grand spectacle
- il y a l'auditorium
- il y a bien les caves pour répéter dans des conditions optimum
OUI MAIS BON Y A PAS LE P'TIT LIEU QUI VA BIEN OU LES GROUPES LOCAUX QUI NE PEUVENT JAMAIS SE PRODUIRE POURRAIENT JOUER...et là ça tombe : UN PEU COMME A BRAINANS!
Laissons de coté une politique assumée qui a consisté dans un premier temps à permettre à tous de pouvoir pratiquer dans des conditions optima de prix et de moyens mis à disposition la passion de "la sic" (les caves ouvertes en 2001) et dans un deuxième temps d'offrir avec la Commanderie des plateaux de musiques amplifiées comme il n'y en a jamais eu à Dole. Intéressons nous à la diffusion des groupes locaux à Dole . ( je reviendrai ensuite sur le cas du"comme au moulin de Brainans").
Depuis plusieurs années la ville finance l'association "couleurs musiques" afin qu'elle organise (avec succès) ce que l'on appelle les"petits concerts de la fabrique" où les groupes locaux (dans une ambiance conviviale comme vous savez où)se produisent aux cotés d'une tête d'affiche régionale. En général il y a 3 concerts dans l'hiver de ce type à la Fabrique. Le prochain va ouvrir la série en janvier. Durant l'été et pour poursuivre les "petits concerts de la fabrique" 4 concerts sur le cours St Mauris (cours de zic) donnent l'occasion aux groupes locaux de se produire. Enfin pour la fête de la Musique ,le plateau de la Commanderie est ouvert en première partie aux groupes dolois. Il est à noter d'ailleurs que le même journal avait trouvé que les groupes locaux justement n'étaient pas forcement à la hauteur. Les propos avaient été durement vécus par les jeunes musiciens .
Terminons maintenant par le "comme au moulin de Brainans" et bien s'il faut le préciser la Ville de Dole ne se mettra pas en concurrence avec ce lieu extraordinaire et proche de notre ville. Le rayonnement de Brainans s'étend au pays dolois et c'est très bien!Il n'y a pas de raison de créer à Dole avec de l'argent public une structure qui concurrencerait sur un si petit territoire un projet et une équipe qui se battent depuis des années. Si j'ai un souhait à formuler c'est que Brainans renforce son rayonnement , joue enfin son rôle de Smac à vocation départementale en invitant davantage de groupes locaux à faire des premières parties ou des plateaux tremplins.
Et vous pensez que je vais me contentez de cela?
Evidemment non! Alors résumons nous quelle politique cohérente demain pour les musiques amplifiées à Dole en s'appuyant sur l'existant et en se projetant dans l'avenir?
- un espace de formation et de répétition dont le projet après 7 ans est à reformuler (les caves)
- un soutien à la diffusion des groupes locaux via le réseau associatif ( petits concerts de la fabrique et Cours de zic et d'autres pourquoi pas?)
- tremplin/démonstration à La Commanderie à l'occasion de la Fête de la Musique - propositions de plateaux de musiques amplifiées à La Commanderie (ex : Carnaval des rythmes...Plateau metal de novembre...) intégrant autant que faire ce peu en première partie un groupe dolois reconnu tel que les Kerplunk cette semaine
- CREATION D'UN EVENEMENT ANNUEL SOUS LA FORME D'UN FESTIVAL D'HIVER POUR LES MUSIQUES AMPLIFIEES EN SALLE(s)...une association de préfiguration est en cours...la presse ne manquera pas d'en être très prochainement informée.
Bref ce petit billet d'humeur tombait à point nommé(le lendemain du plateau des Mass Hysteria avec le groupe dolois des Kerplunk...)pour me donner l'occasion d'annoncer ce projet de festival, de clarifier la politique que nous menons et permettre via mes lecteurs de rétablir une autre vérité .
Bref la liberté de la presse est vertu cardinale de la république . Je lis et je réponds dans le plus grand respect des uns et des autres et je sais même me corriger.

12.03.2007

Auditorium Karl Riepp : tapis Rouge pour l'inauguration
















C'est le 30 novembre 2007 que le nouvel Auditorium du Conservatoire de Musique et de danse a été inauguré.
Au terme de 14 mois de travaux et d'un budget de 900 000 euros la chapelle du Collège clunisien Saint Jérome est devenue l'auditorium Karl Riepp.
Le tapis rouge a été déployé pour l'occasion de ce Week End de découverte . Une fois encore nous rendons aux dolois un lieu fort de leur patrimoine. Notre ambition est double : restituer un des joyaux de l'architecture de la fin du Moyen Âge comportant un ensemble unique statuaire et permettre à tous d'avoir un accès simple et gratuit à l'écoute de la musique classique. le Tapis rouge pour tous se double de la musique pour tous!(concerts gratuits tous les mardis à 18h15 et le dimanche à 17h30 sous le nom "des auditeurs du soir")
Pour l'inauguration de très nombreux officiels étaient là. Je veux relever notamment la présence de Michel Huynh conservateur au Musée national Du Moyen-âge (nous avons découvert que nous avions fréquenté les bancs du palais universitaire de Strasbourg ensemble entre 83 et 86!) et Michel Godard président de la fédération des sites clunisiens . Bref cette chapelle intéresse et je ne suis pas loin de croire qu'elle va devenir une réelle attraction de notre ville sans compter qu'elle va populariser le travail du Conservatoire de Musique.
Gilbert Barbier notre Sénateur maire n'a pas boudé son plaisir pour relater l'histoire de ce lieu exceptionnel. Vendredi soir ou Dimanche toute la journée on lisait la satisfaction sur son visage.
Pour ma part j'ai assuré l'accueil durant ces deux jours. Samedi il m'appartenait de dire le petit mot de bienvenu. J'ai cherché à faire partager l'émotion qui me gagne quand je ferme les yeux et que je "vois" les messes solennelles de l'université de Dole dans cette chapelle.
C'est plus de 1600 personnes qui ont découvert le nouvel auditorium pendant ce Week End portes ouvertes. L'orgue a sonné pour le plaisir de tous. Etienne Baillot est heureux et c'est communicatif.Une courte conférence/visite a été assumée avec beaucoup de sérieux par Nicole Régnier guide conférencière.Tous les styles de musique issus des classes du Conservatoire ont été présentés durant deux jours.
le pari est gagné : le son est excellent (merci Ekart), les visiteurs sont emballés , les mélomanes séduits , les musiciens satisfaits et ceux qui hier regrettaient le départ des statues de la Collégiale sont désormais convaincus de la justesse de notre pari.(J'ai été très sensible à cet aveu d'un ecclésiastique)
Comment résumer l'ambiance? Jean Jacques Samson m'est tombé dans les bras ...il y avait beaucoup d'émotion dans cette embrassade . Puis Anne Dary nous a rejoint avec ce sourire que nous lui connaissons.Bref nous étions heureux d'avoir constitué cette incroyable équipe de "cultureux"au service d'une ville.

12.02.2007

"brouillon de culture" ou "bouillon de culture"?







Le débat municipal est lancé...certains proclament que la politique culturelle que nous menons "est brouillonne"...Bah il faut bien trouver des mots ou des expressions à défaut d'avoir des idées. Nos concurrents décrivent une politique publique de la culture telle qu'ils la souhaiteraient dans une ville administrée par une droite "phanstasmée culturicide"...on ne dira jamais assez les ravages de Freud sur une partie de la classe politique!S'il est des "brouillons" il faut se méfier également des "gribouilles"...
Laissons cela . Quelques morceaux choisis:
- préparation de l'inauguration de l'auditorium Karl Riepp. Etienne Baillot l'organiste( heureux il faut bien le dire) teste son orgue tout en accompagnant le travail de Denis Londe qui a construit ce bel instrument . Moi je viens m'imprégner de cet espace habité par les esprits de l'Université doloise et des moines clunisiens.
- accueil d'un colloque organisée par l'IRIMM sur la culture à l'image où j'ai pu rappeler notre engagement financier au coté de la MJC pour permettre à tous de profiter d'une programmation d'art et d'essai dans le cadre du Studio Ciné.
- réception d'un carnet de dessins de Marcel Aymé des mains de Monsieur Sennepin à l'issue de l'AG de la SAMA (société des amis de Marcel Aymé)
- CA de Scènes du Jura à Lons et ai assisté à la représentation décoiffante de "l'affaire de la rue de Lourcine" dans une production du théâtre national de l'Odéon dans une mise en scène de J Deschamps.

11.23.2007

les arts populaires











Les harmonies du Jura à La Commanderie
Dimanche 17 novembre les harmonies du Jura sous l'impulsion du Conseil Général du Jura donnaient un concert à La Commanderie.Année du bénévolat oblige.
Au delà de la qualité des interprétations , il faut s'intéresser à l'enthousiasme de ces musiciens amateurs. On ne peut balayer d'un revers de la main un style de musique de kiosque . L'ambition du département du Jura devraient être de conduire ces musiciens vers des programmes plus difficiles, de les rendre plus attentifs à l'exécution des autres ensembles(incroyables ces gens qui allaient et venaient dans La Commanderie comme s'il s'était agi de la salle polyvalente du dernier des chefs lieu d'un canton rural...)de faire évoluer les écoles de musiques des bourgs afin d'améliorer encore la direction de ces harmonies...bref il faut tout faire pour ouvrir ces artistes "du dimanche"(et ce n'est pas une moquerie ..parce que tous ont un emploi et que seul le week end permet de"faire de la musique")à de nouveaux horizons sans pour autant renier ce qui fait le coeur du répertoire de la musique d'harmonie.
Expo de peintures du club Lion's de Dole et retrouver Stephane Halbout
Depuis quelques années le Lion's de Dole organise dans le cadre de ses actions caritatives une vente de tableaux de peintres de la région.
Pour moi ce fut l'opportunité de retrouver Stephane Halbout. Il fut mon élève lors de mes toutes premières années de prof (1986...). Son travail, il me l'a concédé lors de notre discussion va aujourd'hui sur les rives de l'abstraction lyrique un peu à la façon d'un Mathieu dans les années 50 et 60. Je ne sais pas pourquoi mais la toile que Stephane présente dans des tons ocres, avec des fulgurances , de l'énergie ,j'avais envie de l'appeler "Bouvines" à la manière justement de Mathieu...bonne chance stephane..que la passion te porte!
Retour sur la semaine...quand le collège clunisien St Jerome devient mon obsession....ma passion
- rencontre géniale avec les frères Ramousse pour envisager un partenariat entre le Casino de Salins et La Commanderie (en ai profité avec Didier pour tracter dans Salins pour Voulzy et Leb)
- visite à quelques commerçants pour parler des lumières de Nöel
- on avance à grands pas dans notre projet de"grand évènement annuel dans le domaine de la musique"surprise..surprise...on travaille à l'association de préfiguration.
- j'ai retourné le Web pour mettre la main sur le specialiste des collèges clunisiens...je l'ai trouvé en la personne du Professeur Ranicet d'Amiens...
-J'ai convaincu un Conservateur du Musée national du Moyen Age (musée des thermes et de Cluny à Paris) d'être des nôtres pour l'inauguration de l'auditorium Riepp .Il est le commissaire de l'expo actuelle au musée de cluny sur la décoration de la chapelle de l'Hotel de Cluny justement... Nous menons avec Gilbert Barbier une intense campagne de réhabilitation de ce lieu exceptionnel qu'est la chapelle du collège saint Jérome. Je suis convaincu que cette chapelle peut devenir un atout incroyable dans le positionnement touristique de notre ville. Je forme le voeu pour que des historiens s'attaquent à cette période du XVI° siècle dolois dans sa complexité entre l'université et son ouverture humaniste confrontée à des collèges religieux marqués par l'obéissance à une règle. Je rêve d'ouvrages d'histoire qui fassent revivre..qui donnent du corps...qui donnent à voir ces étudiants/moines joutant le jeudi soir...qui restituent les couleurs des messes de la Saint Yves ou de la St Pierre et Paul alors que toute l'Université venait entendre l'office dans la chapelle du collège Saint Jérome...je veux croiser cet étudiant sorti trop tard le soir et que le gymniasarque(proviseur) du collège condamnait à 3 jours de jeûne...
J'espère qu'à la suite du Professur racinet, directeur du laboratoire d'archéologie d'Amiens, une nouvelle génération d'historiens va s'attacher à nous découvrir le rôle et le quotidien des trois collèges clunisiens de la chretienté : Paris, Avignon et Dole .
- Ai donné une petite conférence à mes amis du club 41 sur le Collège Saint Jérome de Dole justement (cette histoire me passionne)
- passé un beau moment de travail avec alain Marchal, le président des amis de Pasteur pour esquisser les actions conjointes à mener pour la promotion de Dole comme ville où Pasteur a été "patrimonialisé"
- ai croisé le Goncourt des lycéens à l'occasion d'une conférence qu'il donnait jeudi 22 à la médiathèque devant près de 140 personnes.
- je n'ai pas pu me rendre à paris pour voir la pièce"mon père avait raison" de Guitry,visiter l'expo Biedermeyer au Louvre et me rendre à l'AG extraordinaire de la FNCC...merçi qui? merçi les grêves.
- passage à l'émission/bal de France Bleu Besançon "c'est la faute à l'accordéon" à la salle des Fêtes de Dole
Pour le reste le quotidien...préparation de l'inauguration de l'auditorium...participer à la promotion des spectacles de La Commanderie...rendre les arbitrages budgétaires...etc etc...le bonheur quoi!

11.18.2007

Faust à L'auditorium de Dijon...Nodier à Dole


"le veau d'or est toujours debout!"
C'est mon 3° Faust...et les trois à Dijon dans des productions très différentes. L'une totalement ringarde au tout début des années 90 dans le "grand théâtre" (mais c'était la première fois que j'allais voir et écouter un opéra et cela demeure comme son premier amour!) , l'autre déjà à l'auditorium vers 1998 ou 1999 et enfin cette belle mise en scène de Gerhard Weber .
Je ne reviens pas sur l'éblouissement renouvelé qui m'emporte lorsque je franchis le seuil de cette salle. J'ai eu le bonheur ce jeudi de le faire partager à mes parents . je ne reviens pas non plus sur le succès d'une politique qui permet à tant de jeunes de découvrir l'opéra. La salle grouillait de lycéens et d'étudiants et c'est bien! Voilà une vraie maison d'opéra populaire. On est loin des fables de l'opéra Bastille dit "populaire" par Jack Lang...on est loin des prix astronomiques du Festival d'Aix subventionné par l'Etat...on est loin des pleurs des directeurs des maisons d'opéra de province qui se lamente d'une baisse possible de leur subvention du ministère de la culture alors qu'ils n'ont fait aucun effort sérieux pour unir leurs forces et pour s'ouvrir réellement à de nouveaux publics(cf les polémiques lancées par les directeurs de Tours,Avignon et Metz cette semaine). L'auditorium relève pour l'essentiel d'une subvention municipale et de ses propres ressources...chapeau bas!
Bref dans un décor qui joue sur les lumières et les ombres portées sur un fond souvent métallique...un méphisto de remplacement exceptionnel selon moi (et selon le public qui l'a ovationné plus que tout autre)à l'allure sensuel, juvénile et volontairement séducteur(c'est le choix entre deux types de méphisto..ou le "satan" vieillissant et bedonnant mais imposant ou alors le parti pris içi d'une jeune "démon" attractif); un valentin à la voix éclatante et en revanche un Faust en retrait et une Marguerite encombrée par son accent italien pour chanter le répertoire français.
J'ai noté la qualité grandissante des choeurs.
2008 : l'année Charles Nodier à Dole : la marmite bouillonne
Au total une très belle soirée qui venait conclure une journée où j'avais eu le plaisir de partager avec Christine Schell, conseillère musique et danse de la Drac nos ambitions pour commémorer le bicentenaire du mariage de Nodier.
Il y a quelques mois un groupe informel de passionnés de Charles Nodier s'est constitué autour de philippe Thiéfaine et jacques Jouffroy . Emmanuel Marine, le Conservateur de la médiathèque s'est très vite joint à eux. Aujourd'hui la marmite"bouillonne" . des projets vont être directement portés par ce groupe notamment autour d'un colloque. Pour notre part nous avons rebondi sur le fait que Nodier avait créé la bibliothèque provinciale de Slovénie...nous avons alors découvert que Nodier était encore une Star dans ce pays de Montagne(j'ai visité Ljubljana il y a quelques années). Pourquoi ne pas imaginer alors un projet Franco/slovène dans le cadre de la saison de la culture européenne en France en 2008? Pourquoi ne pas faire venir en résidence un auteur slovène à Dole? Pourquoi ne pas présenter à Dole les trésors de la bibliothèque nationale de Slovénie?J'ai déjà personnellement pris les contacts nécessaires avec l'ambassade de Slovénie à Paris, avec L'Institut Français en Solvénie(qui porte le nom de Nodier justement). L'accueil est enthousiaste. Et là où les choses sont extraordinaires c'est que christine Schell a été pendant 4 ans la directrice du centre français de Ljubljana...elle connaît parfaitement les bons interlocuteurs pour conduire un projet ambitieux. Et bien voilà ..soyons ambitieux. Je l'ai dit à jacques Jouffroy, mardi 13 novembre dernier lors d'un entretien (et on soucis de rendre ce projet lisible pour le par le plus grand nombre) et ce samedi 17 novembre à Philippe Thiéfaine alors qu'il recevait Zahia Rahmani dans le cadre de l'opération des "petits fugues". ce même jour nous avons avec Emmanuel Marine fait le point sur ce dossier. 2008: l'année Nodier à Dole.

11.11.2007

une semaine d'élu de province...qui bouge...







Une petite semaine de vacances enfin disons quelques jours de vacances...je résume:
- lundi 5 novembre...bureau municipal
- mardi 6 novembre....ballade parisienne...je vais découvrir le musée des années 30 à Boulogne Billancourt. Mon attention a été attirée par une expo sur les meubles de Leleu. Au delà Boulogne Billancourt pour moi c'est une part de mon histoire familiale puisque mon arrière Grand Père Julien Lefèvre a été l'un des premiers chefs d'atelier du jeune Louis Renault en 1911...mon grand-père rené m'a raconté des heures entières l'île Seguin encore en prés avec un stade sur lequel il s'entraînait...les lourdes presses qui faisaient trembler les immeubles...la semaine de congés payés dont disposait les cadres de Renault comme mon arrière grand-père bien avant 1936...l'immeuble détruit en 1942 par les bombardements et qui fit disparaître toute l'histoire de notre famille, la natte de cheveux que mon arrière grand-mère avait conservée de l'enfance de mon grand-père...Je me suis promené dans Boulogne Billancourt...seul...je souriais à des fantômes que je croisais.
On m'a fait visiter la très belle mairie de Boulogne Billancourt dont l'architecte a été Tony Garnier.Les plafonds de la salle d'honneur ont été peints par Matthieu...le grand escalier est embelli par une immense toile d'olivier Debré...le moins qu'on puisse dire c'est que j'étais dans une vraie maison gaulliste.
Ce soir du 6 novembre, je suis allé voir Eric Metayer dans un spectacle étonnant où il joue 3é personnages à lui tout seul. Un peu à la façon de Caubère...avec moins d'ambition et cela passe finalement mieux.
mercredi 7 novembre...visite en compagnie de Gilbert Barbier de l'exposition sur les chapelles clunisiennes au musée national du Moyen-Age. C'est formidable la passion qui habite mon Sénateur Maire pour l'histoire...ce n'est pas le professeur que je suis qui va s'en plaindre.
Je suis allé ensuite voir la très belle exposition sur la peinture allemande des années noires(1913/1933) au Musée Maillol. Moi cette peinture me parle depuis 20 ans...Dix, Beckhman,Grosz...
Le retour à Dole fut compliqué puisque le dépôt de Besançon s'était déjà mis en grève...une honte!Aucune annonce ni à Paris ni dans le TGV...bloqué à Dijon pendant 1hr30.
Jeudi 8 novembre...je retrouve mes élèves et ça me rend heureux . Je vais voir anne Dary pour boucler le budget 2008 du musée...nous avons des projets plein la tête. Il m'appartient de décrocher de nouveau un label "d'intérêt national", on va voir si mes amitiés au cabinet de madame Albanel ont quelques valeurs. On fait le tour avec Didier Guéniat de la promotion à conduire pour les spectacles à venir...je prends des rendez vous au Conseil Général pour faire briller le soldat Rose, je prépare un rendez vous avec la maison Ramousse, symbole du dynamisme économique du Jura pour établir un partenariat avec nous. Nous sommes bien chacun à nos places Didier et moi.Une "team" complémentaire.
Ai découvert le nouveau Dole Mag...il y a un vrai progrès.
Ce soir il y a club 41 et Table Ronde, une soupape de sécurité dans la vie...ma soupape de sécurité.
Vendredi 9 novembre ...inauguration de l'expo de Raymonde Aubry à la Mairie et d'une expo étonnante associant lecture et arts plastiques à la médiathèque des Mesnils Pasteur. L'occasion de saluer le travail de Roger Badoit qui conduit ce service avec une compétence réelle et une attention aux autres qui fait que cette médiathèque a résisté à tout! Je n'y vais pas assez .Beaucoup de monde à cette inauguration dont notre Commandant de Police, un officier des forces de l'ordre comme il en faudrait plus. Ferme mais humaniste...un républicain à la Clemenceau...bref une sorte de synthèse entre l'honnête homme du XVII° décrit par Descartes, un homme ouvert aux Lumières des philosophes et un pro Consul napoléonien ...
Samedi 10 novembre...concert San Severino à La Commanderie...Enorme!Superbe plateau,un jazz band fabuleux,San Severino une bête de scène...Près de 1000 personnes enthousiastes,beaucoup de jeunes...Scènes du Jura a abordé ce concert comme une pièce de théâtre...en un mot,il manquait la "fosse",les amateurs de San Severino l'ont créée de force.
Dimanche 11 novembre, les cérémonies patriotiques...l'opportunité d'aller rencontrer les électriciens qui installent les éclairages de Noël, un dossier que je suis avec une attention toute particulière. Je ne suis pas resté au repas des anciens combattants, mes parents
y étaient avec les anciens marins...une vraie bande de gamins, j'adore les voir comme ça. Ma mère est devenue toute rouge aux compliments de Notre Commandant de Police quant à la jeunesse de son apparance et de son visage...il a rudement raison ...très séduisante ou séductrice la "maternelle".
J'ai un regret, je ne suis pas allé voir Jeff jouée par mes amis Jongleurs...une conjonctivite m'oblige à rester à la maison cette après-midi.Une opportunité pour lire enfin le dernier tome des aventure d'Harry Potter en écoutant les fugues de Bach...et pour préparer un cours sur "une autre mondialisation est-elle possible?"
Elle est pas belle la vie?

11.04.2007

de Bach à Mozart : premier concert de l'Orchestre des régions européennes en résidence à Dole


Belle première ce soir pour un nouveau compagnonnage entre la Ville de Dole et L'ORE sous la direction artistique de Konrad Von Abel.
Au delà d'un répertoire extrêmement agréable à suivre (Telemann,Gluck,Bach,Mozart), c'est la découverte de jeunes talents comme damien Fourchy époustouflant joueur de Hautbois et Sophie Barthélémy au violon.
Je perçois vraiment que l'alchimie est entrain de prendre entre cet orchestre et la ville...il y a encore beaucoup à faire mais nous avons tous l'envie et cela se voit, cela se sent. Il y a dans ce groupe des femmes et des hommes qui débordent de générosité...de passion de faire partager, Le Président Laubépin, Sylvain un jeune collègue de philo du lycée Duhamel...je suis frappé par l'humilité du Chef Konrad Von Abel...
Une résidence culturelle c'est une rencontre entre un territoire, sa population et des artistes. Dole a aujourd'hui tous les atouts, notamment avec son futur auditorium pour être un lieu fort de ces résidences en région. C'est une politique cohérente qui trouve aujourd'hui un écho à ses ambitions affichées. Disposition d'un appartement d'artistes(1995),réfection de la Fabrique comme lieu de création et de diffusion (1996)création des Caves(2001)construction de la Commanderie(2006)ouverture de l'auditorium(2007) et demain réouverture de la Collégiale susceptible d'accueillir de grands ensembles autant de moyens pour être une ville d'accueil des créateurs et cela commence à se voir : Ensemble 415 , Orchestre des Régions Européennes...création nationale de la comédie musicale Le Soldat rose...et on me dira après que la culture ne participe pas de l'économie locale? Allez donc demander aux restaurateurs et aux hôteliers?
Bref,j'aime bien les aventures humaines, celle là s'annonce prometteuse.
La semaine à venir s'annonce "cultivante":
- visite des expos Pullman et Leleu au musée des années 30 à Boulogne et des robes des années 20 à Galliéra...mardi
- pièce de Théâtre avec Eric Metayer " un monde fou"...mardi soir
- Faust de Gounod à l'auditorium...vendredi soir
- Sanseverino à La Commanderie...samedi soir
A bientôt pour quelques compte rendus, coups de gueule ou de griffes!

11.03.2007

me voilà de retour....septembre et octobre: je n'ai pas chomé











Quelques réflexions de campagne...
Bien je dois l'admettre, j'ai été un peu faignant sur ce blog récemment...je me suis beaucoup investi dans les cours de mes élèves....je veux d'abord qu'on dise que je suis un bon prof!Je commence aussi à me mettre en ordre de bataille pour les municipales..bref j'ai délaissé mon blog.
Je ne vais pas refaire une description par trop précise de ces deux derniers mois. Une chose est sure, mon regard est déjà bien au delà de la ligne des élections de mars 2008 . J'ai des projets plein la tête . Une conviction ne fait que s'affirmer , Dole est entrain de changer d'époque et j'ai envie d'accompagner ce changement .
Pour le reste je veux encore et toujours défendre mes convictions quant à l'action culturelle d'une collectivité qui participe de la qualité de vie mais aussi de l'attractivité d'un territoire. Je veux encore et toujours opposer aux hommes et femmes venus de gauche qui pensent que la culture est leur terrain , une réflexion et des actions qui les renvoient à leur schémas dépassés, confinés dans des stéréotypes . Je n'aborde aucun sujet avec un à priori, je ne contacte personne en me demandant quelle est "sa couleur"...je cherche ce qu'il y a de mieux dans l'homme d'aujourd'hui pour mieux encore faire l'homme de demain. Je regarde s'agiter notre opposition sur le terrain culturel...tenter sans grande habilité de prendre des contacts avec les acteurs de la vie culturelle de notre ville...Ils n'ont pas compris que ce monde s'était professionnalisé...on est loin des conseillers jeunesse et sport en retraite qui une fois l'âge(précoce) de la retraite venue animaient les "offices municipaux culturels" ou d'autres usines à gaz de cette envergure...C'était une époque où "la Gauche parlait à la Gauche"...c'était hier...non avant hier!
Bref de ces deux mois je retiens
- la conférence de Presse à Paris pour la présentation du "Soldat Rose"...une comédie musicale dont la création à Dole illustre la justesse du "concept" de La Commanderie...n'en déplaise à La gauche qui aujourd'hui n'assume pas son opposition passée à cette salle. Je l'ai déjà écrit ici...s'ils l'ont oubliée ou s'ils veulent le faire oublier,pas moi!
-Une soirée avec mes élèves de terminale au studio MJC pour voir ensemble la palme d'or de Cannes. Ce film roumain superbe "4 mois,3 semaines et deux jours" qui traite de l'avortement sous les années Ceaucescu. Ce soir là...j'ai été fier d'être le prof que je suis devenu...un prof écouté...mais tellement plus attentif aux interrogations de ces jeunes . (ce que je n'ai pas toujours fait..tant s'en faut!)
- la venue des solistes de l'Opéra de Paris à La Commanderie dans le cadre de la saison de Scènes Du Jura. Il y a une vraie ambition de "Scènes du Jura" pour diffuser la danse dans notre département. Pour ma part, "petit chose" aux cotés des 1000 spectateurs, j'ouvrais tout grand mes yeux afin d'enrichir ma très(trop) faible culture chorégraphique mais surtout je me réjouissais pour le spectateur dolois qui peut dans la même année et pour des prix extrêmement bas(désolé madame ma collègue communiste mais vous faites fausse route en estimant que les prix de La Commanderie sont trop chers...c'est ce que vous voudriez dans vos plus secrets désirs...là encore comment se débarrasser de schémas anciens...quand le matérialisme historique empêche de voir le monde tel qu'il est!) découvrir à Dole non seulement ce qu'il y a de plus classique avec ces solistes mais ce qu'il y a de plus abouti dans le domaine de la danse contemporaine avec "paradis" de Montalvo dans une production du théâtre national de Chaillot( 15 janvier 2008)
- les deux représentation de Pierre et fils toujours à La Commanderie avec P Richard et P Palmade. Nous avons accueilli à cette occasion près de 1900 spectateurs. Faut il le dire, cela équivaut à 5 salles bondées du théâtre municipal!Avec Didier Guéniat nous avons mis l'accent sur l'accueil des publics...le désormais célèbre tapis rouge pour tous...piano bar dans le hall...lumière d'ambiance...les spectateurs ont été sensibles à cette atmosphère...ils sont au spectacle, dans une salle de spectacle pas dans une salle polyvalente.
- mes retrouvailles avec ce vieux brigand de Pierre Lepreux, ancien directeur de la MJC de Dole,à Lahr dans le cadre d'une exposition de ses dernières oeuvres. Toujours à travailler dans l'énergie , dans l'abstraction lyrique presque...une recherche nouvelle dans les gris et les contrastes du noir et du blanc...J'ai une affection toute particulière pour ce Grizzly velu...je me vois encore chez lui à Goux, un samedi d'avant premier tour en 1995...j'étais allé chez lui, dans son atelier pour trouver la paix...avec son sourire bourru, sans jamais tomber dans une compromission politique, Pierre avec ses couleurs sur ses toiles m'avait apporté ce que je cherchais ce jour là.
- l'exposition à la médiathèque d'artistes lahrois...que dire quand il s'agit D'allemagne...j'ai le coeur de Madame de Staël!
Il y a eu aussi les journées du patrimoine...des réunions de la FNCC...mes ballades en vélo le long de la vélo route(je sais ça n'a rien à voir mais ça me fait plaisir d'en parler...)...des pièces à Paris...des expos...un repas avec Olivier Desbordes ce brillant metteur en scène de l'Opéra éclaté et de l'auditorium de Dijon...il y a deux cours excellents que j'ai rédigé sur le modèle soviétique et le modèle libéral américain...il y a tous ces élèves de terminale qui me contactent pour avancer dans leurs connaissances via mon système de hotline...il y a cette ancienne élève qui prépare aujourd'hui sc po qui m'a envoyé une si jolie lettre pour me dire combien maintenant elle avait compris mes exigences...
je ne suis pas Georges Perrec...je ne me souviens pas...enfin pas encore...je fais!

le lien entre la fermeture des tribunaux de province et la candidature de madame Dati dans le VII° arrondissement de Paris : mon coup de gueule

je suis étonné que personne ne fasse le lien entre la fermeture massive des tribunaux de province décidée par Madame Dati, Garde des sceaux et sa décision d'être tête de liste aux élections municipales dans le VII° arrondissement de Paris.
Vous connaissez le VII°? C'est un bien agréable quartier bordé par le Quai D'orsay, qui compte des zones difficiles à gérer comme les invalides , les ministères (dont la très dangereuse rue de Varenne) voire l'Ecole militaire et le très mal famé(mdrr)champs de Mars dominé par la Tour Eiffel...je vous laisse le soin d'imaginer la sociologie électorale du VII° arrondissement!Là on sent tout de suite le gros risque électoral pour une candidate issue des rangs de la droite...
On attendait Madame dati dans le XII°...quartier populaire où la Gauche est très présente...tseu tseu que Nenni!Madame Dati semble avoir acceptée de se présenter dans le VII°!ouff on respire!
Bref il semble qu'à la Chancellerie on s'interroge peu sur les conséquences politiques et judiciaires collatérales de la fermeture des tribunaux des sous préfectures alors qu'on s'interroge avec discernement sur le bon arrondissement parisien dans lequel on pourrait conduire avec succès une campagne électorale sans risque.Je n'ose même pas m'aventurer sur la nécéssité de garder une justice de proximité...c'est le coeur du problème...mais bon...moi je n'ai pas fait l'Ecole de La magistrature...donc je n'y connais rien...Je préfère à défaut de me taire, distribuer avec mes collègues du Conseil Municipal un tract/pétition dans les commerces doloisa fin de défendre notre tribunal de Grande Instance.

8.23.2007

Le théâtre du Peuple de Bussang et la rencontre avec Pierre Guillois


J'ai un peu abandonné mon blog pendant le mois d'août...deux semaines de congés au Portugal....mais ça y est, c'est reparti pour la dernière ligne droite...retour sur les chapeaux de roues : bouclage de la plaquette de la saison culturelle, préparation du transfert des statues des apôtres à l'auditorium et travail sur les éclairages de Noël.
Je me donne le temps comme presque toutes les années pour me rendre à Bussang dans les Vosges afin de voir la création annuelle de ce lieu magique.
Eté 1991. Je me souviens de tout.
C'est Johan Corbeau , un ami comédien de Maurice Gardon, le mari de ma nounou qui m'avait fait connaître ,alors que nous étions autour de la grande Table à St Germer de Fly, l'existence de ce lieu rare qu'est le théâtre du peuple de Bussang . Il était distribué dans le rôle du père d'Ondine dans une mise en scène de François Rancillac.
Invité par Johan je me suis rendu en Août pour découvrir le lieu et la pièce de Giraudoux.(c'était alors un de mes auteurs favoris).J'ai découvert le "vaisseau" de bois qu'est le théâtre, la "popotte" où dinaient les artistes et la porte en bois sur scène qui s'ouvre sur un petit bois...
Ce rendez vous ne me quitterait jamais, je lui suis fidèle,enfin assez fidèle : Pyr Gynt,Ondine,La petite catherine de Heilbronn,L'aiglon,Le revizor...Ibsen,Giraudoux,Kleïst,Rostand,Tchekov...et l'on dira que je ne suis pas éclectique!
Août 2007: les affreuses de Pierre Guillois
Une pièce à l'esthétique inouïe; Des couleurs plein les yeux....une scène dans les hautes herbes qui restera marquer pour moi d'une pierre blanche. Pour le reste des tranches de vies notamment de trois fortes femmes...volontairement odieuses. C'est parfait dans l'acidité. Un peu à la façon des "breves de comptoir"...une pièce pour moi reconnue comme la lecture de nouvelles...vif, on ne s'attarde pas.J'aime bien ça .
L'utilisation de l'ouverture sur le bois, du plateau scénique de Bussang ,est ponctuelle. Elle me laisse interrogatif.
Le reste de la journée s'est passée avec "Oh carmen"un brillant one man show et s'est terminé avec "l'européenne" dont je préfère ne rien dire.
Pour tenir le coup la "team" doloise, la famille Mairet, christine une comédienne amateure et moi-même avions préparé de solides "en cas".
Rencontre avec Pierre Guillois
Franck Becker m'a fait savoir il y a quelques mois que dans le cadre du renouvellement de la Convention de Scènes Du Jura que nous pourrions faire un bout de route avec un metteur en scène associé. le nom de Pierre Guillois l'actuel directeur du théâtre du Peuple s'est imposé.
A mon arrivée hier à Bussang je me suis fait connaitre et j'ai vu venir à moi (j'avais un polo de rugby marqué mon nom...ça aide") un grand jeune homme aux cheveux roux en bataille
- c'est vous?
- c'est moi...on se croirait dans un film pour la réplique lui ai-je répondu
Voilà donc les premiers mots échangés avec celui qui va venir travailler dans notre Jura . C'est une très bonne nouvelle. Cela donne à Scènes Du Jura un atout complémentaire et je l'espère permettra à Pierre Guillois de connaitre dans notre ville de vraies joies artistiques.

7.30.2007

festival d'Avignon 2007 : mon journal quotidien...














































Pour mon 17° festival...j'ai essayé de tenir un petit journal, en voiçi le résumé.

Dimanche 15 juillet : bureau de la FNCC
Descente avec deux doloises prises en autostop à Choisey. Passionnées de photos elles me mitraillent.
Arrivée dans la cité des papes à 19hrs pour le bureau de la FNCC . Les finances semblent se rétablir mais l'ensemble demeure très fragile . La région Centre nous offre pour l'occasion un beau cocktail sur la place des "corps saints" cela ne s'invente pas.
En fin de soirée je retrouve Marie Thérèse François Poncet et Karine Delorme, elles sortent des lectures de René Char dans la Cour d'honneur.Elles semblent dubitatives. C'est le cas aussi d'une très belle femme qui s'adresse à Marie Thérèse. Bien me prend de ne pas donner mon avis sur René Char en général(ce n'est pas vraiment mon goût)puisque mon amie me la présente comme"Madame Char"!
Des chanteurs italiens en costume de la Renaissance donnent une aubade impromptue sur la place du Palais. Je bois ma bière au"in et off", il est deux du matin, je prépare mon programme de spectacles pour la semaine à venir..."ôh temps suspend ton vol..."
Lundi 16 juillet : colloque et spectacles
Aujourd'hui c'est "colloque FNCC". Je rencontre Franck Becker,le directeur de "Scènes du Jura",nous partageons le café matinal.
Le colloque annuel se tient à l'école d'art.Est rediscutée l'eternelle question du politique et de la culture. Je retiens le décallage de rené Rizzardo,les propos déplacés du Vice Président culture du conseil régional de PACA et l'étonnant numéro du DMTS contredisant les propos de christine Albanel prononcés en Avignon le 8 juillet.
Justement d'ailleurs une vraie satisafaction pour moi ce jour que de recevoir un appel téléphonique du cabinet du ministre de la Culture qui me confirme un rendez vous avec un conseiller ministériel afin de mettre sur pied un réseau des élus UMP à la culture. Ce projet si souvent ambitionné va enfin voir le jour.
J'attaque les spectacles:
-"La Palatine" au Cabestan. Je suis sensible à l'histoire de cette femme.C'est Françis Chevrier qui m'en a parlé pour la première fois...il y a 25 ans à Strasbourg.Mon émotion vient aussi de tous les beaux souvenirs que j'ai de Schewtzingen, la ville de la Palatine.La pièce est superbe, très belle interprétation,bon choix des lettres où il est question de la "vieille truie de Maintenon",du plaisir de la choucroute,de celui de "chier",de sa relation avec Monsieur d'Orléans..."19 ans sans baiser"...
Ce soir grand bonheur je passe ma soirée avec Catherine et Olivier Peyronnaud à Villeneuve les avignon.
-"En attendant un songe d'une nuit d'été"d'après le Grand William, mise en scène d'Irina Brook.C'est époustouflant!C'est drôle!6 mecs font tous les rôles. Rien n'est laissé de coté.
Un travail incroyable des voix et des mimiques.Olivier, producteur éxécutif vend se spectacle 5000 euros. Pas étonnant que le calendrier compte plus de 50 dates vendues.Quand va-ton s'intérésser aux recettes à succès? Songeons qu'une production d'une scène nationale ne tourne en moyenne que deux fois...et avec quelle débauche de moyens pour produire le spectacle?
Bref avec olivier on s'amuse comme si nous avions encore 25 ans...nos interlocuteurs à table après le spectacle sont un peu"décontenancés".je profite du pot pour convaincre ma collègue de Villeneuve à qui je viens d'être présenté de nous rejoindre demain pour la première rencontre des élus UMP en charge de la culture.
Mardi 17 juillet : AG de la FNCC et 1°rencontre des élus à la culture de l'UMP en Avignon
La matinée est occupée par l'Assemblée générale de la FNCC à la Mairie d''Avignon. Les élus de l'UMP font montre d'unité dans le débat budgétaire . Yves marie Lehmann (cf photo superbe avec le couvre chef posé sur le micro...Daladier qui a présidé le conseil dans cette salle s'en retournerait dans sa tombe...s'il avait une âme...je n'aime pas Daladier!)fait une brillante démonstration. Le traditionnel repas au Vernet devenu le Tanger (gag!)permet à chacun de s'enrichir des expériences des autres. La campagne municipale est déja au coeur de nos préoccupations. (cf photo dans le jardin entouré de mes collègues féminines)
A 17h45, grand moment, enfin nous avons NOTRE réunion d'élus UMP avec le cabinet . Alain Robinet,Yves Marie Lehmann tous ont essayé dans le passé d'organiser une telle rencontre. Je suis assez satisfait de ma tenacité avec le nouveau cabinet ministériel, qui soit dit en passant à fait le pas nécéssaire tant attendu qu'il convenait!L'affaire a été mené avec Christian Eltverdt, conseiller Parlementaire de madame Albanel.
C'est Philippe Castro,conseiller en charge des identités culturelles ,déja rue de Valois auprès de DDV qui est notre interlocuteur attentif et fort sympathique. La discussion est libre, franche. nous faisons part du manque d'écoute dont nous avons été victimes depuis des années...mais pas de raison de développer puisque justement Philippe Castro nous fait l'amitié d'être avec nous.
Pour une première ce n'est pas mal : Les villes de Soissons,Chartres,Mantes la jolie,le Havre, Agen,Villeneuve les avignon,Douai, La Celle saint Cloud,Viroflay, Poligny et Dole sont représentées.Metz, Avignon (evidemment) et Albi sont excusées.
Notre propos est triple :
-souhaiter que nous soyons aussi "les élus locaux" consultés par le cabinet aux cotés de l'AMF et de quelques parlementaires loin d'être au fait des questions de terrain comme nous le sommes.
-préparer la plate forme culture des futures écheances electorales locales
-mettre en route des assises de la culture pour les nouveaux élus UMP en juillet 2008 en Avignon.
Nous mesurons que nous devons nous structurer comme nos amis communistes ou socialistes.Alain Robinet demande clairement à ce que le cabinet nous aide dans cette tache.
Bref cette réunion est une première pierre!
En soirée nous avons un très beau moment de convivialité. Sur l'idée de notre excellent président Florian Salazar-Martin, tous les membres du CA de la FNCC sont venus avec des produits régionaux pour un" très solide machon". Les agapes se tiennent dans un lieu magique : les jardins d'Europe (cf la photo avec les verres levées). Plus de droite ou de gauche juste une bande de copains qui viennent de travailler ensemble depuis 6 ans et qui savent que la nuit commence à tomber...avant qu'une aube nouvelle ne se révèle en mars 2008.
Nous terminons la soirée autour d'un pot avec Alain Robinet , élu de Mantes et catherine Morin-Dessailly élue de Rouen et sénatrice UDF (ma voisine en AG...cf la photo)
Mercredi 18 juillet
Après une matinée très "méridionale" je déjeune avec mon amie Dominique Daeschler, conseillère théâtre en Martinique et qui occupa ce poste en France-Comté avec un volontarisme et une présence que personne ne peut lui contester. Ses réfléxions me sont toujours très utiles . Nous envisageons ensemble un 'truc" autour des musiques amplifiées des caraïbes et ce que nous pourrions en faire à La Commanderie demain.
Aujourd'hui ce sera une vraie journée de festival:
- Sarah Berhnardt à 18hrs à La Luna par la célèbre Pierrette Dupoyet.Il s'agit d'une belle interprétation de la grande sarah. (j'en profite pour dire que nous possédons dans la famille des boucles d'oreille de la comédienne et une ménagère...arrivées dans la maison via mon arrière grand-mère qui comme concierge s'était occupée des dernières années d'une des habilleuses de Sarah Berhnardt..Cette dernière avait offert à son habilleuse des objets qu'elle possédait et cette même habilleuse par gratitude en a donné quelques uns à Mon arrière Grand mère Constance)
Il s'agit d'un spectacle qui présente Sarah vieillissante. Encore une fois Mademoiselle Dupoyet qui le jour même interprète également Giono et Josephine Baker,fait du beau travail.
- La chorale de saint Fulbert à 19h45 ...tout simplement nul!Ca arrive...des chansons ridicules...du patronage..pitoyable...bien fait pour moi, je me suis laissé séduire par l'affiche et la parade en ville!
- Jeffrey à 22H45 à La Luna . La bonne surprise de la journée.Une pièce très"gay friendly".Un jeune homme décide d'arrêter le sexe. C'est superbe, drôle le plus souevnt parfois très émouvant comme ce tango entre deux amants à l'hopital dont l'un est entrain de mourir du SIDA.
Ai retrouvé dominique pour une tite bière place de l'Horloge avec son frère sylvain qui vient d'écrire un scénario télé sur marguerite d'Autriche.
Jeudi 19 juillet
"maman nini"est partie retrouver Maurice : la disparition de mon enfance de l'art
Je suis réveillé par annie la fille de monique, ma"maman nini" est morte. C'était ma nounou lorsque nous habitions à Colombes avant 1972. Si j'en parle içi c'est que je lui dois assez largement ma sensiblité aux arts. Nous vivions toute la journée dans une petite maison de banlieue où son mari "papa nini" avait un atelier de sculpture.Il était prof aux beaux arts de Paris.sans nous en rendre compte nous étions baigné dans une ambiance joyeusement bohème.L'âge venant j'ai compris que j'étais tombé dans une marmite d'anar de droite à la façon des hussards des années 50, marcel Aymé, Blondin et les autres... C'est aussi une partie de ma marque de fabrique, c'était mon enfance de l'art aux cotés de mon père qui me donnait peu à peu le goût de l'histoire.
Des souvenirs de cette petite enfance?Le jeudi midi où nous les enfants nous faisions le repas,les leçons de piano qui me barbaient il faut bien l'avouer,la fréquentation d'une artiste connue à l'aube des années 70 Brigitte Sauvanne,l'atelier de Maurice et ses énormes statues en métal de femmes nues qui me faisaient rougir,mon premier disque de musique classique offert pour mon anniversaire :Pierre et le loup mais aussi les cabanes dans les "petits jardins qui sentaient bon le metropolitain" chers à Dutronc, la vente des pommes de normandie dans "l'impasse Catherine", le jour où j'ai appris à faire mes lacets et ce conseil de ne pas manger une glace devant ceux qui n'en avait pas sauf à partager notre "ice cream"(nous étions tout à coté des derniers bidonvilles...cela semble la préhistoire...).
Je n'étais pas passé à St Germer de Fly depuis quelques années où monique était en retraite.Je n'avais pas téléphoné depuis quelques mois...je n'entendrais plus cette phrase qui concluait toutes nos discussions "soit prudent mon grand"...dit avec la douceur qui nous rassurait quand nous avions 5 ans...ce matin j'ai froid.
Je vais continuer...
- Vienne 1913 au théâtre des Halles à 11 hrs.Du vrai théâtre dans le off. Une mise en scène élaborée qui joue sur le registre de l'oratorio. L'histoire de deux jeunes gens antisémites à Vienne entre 1909 et 1913, l'un se fait soigner par Freud et jung , l'autre Adolphe H.ira au bout de ses haines.La pièce est donnée dans un de ces espaces superbes du vieil Avignon...à la caisse une jeune femme de saint Lupicin.Mon seul problème...la pièce étant à 11hrs, j'avais pris mes diurétiques à 9hrs...j'ai été fort malheureux. C'est cela aussi préparer son festival.
- Le cabaret du Chat Noir au balcon à 19hrs. C'est le genre de truc que j'aime bien...mon coté parigot...l'accordéon...les chansons de la Commune de Paris...le procès de Louise Michel. Bref un cabaret républicain,anticlérical à souhait...bien servi dans une ambiance très"SNI/FEN"qui ne manque pas de faire sourire le prof catho que je suis.
Je termine la soirée avec Olivier Peyronnaud et son épouse Catherine...la douceur de la place de l'Oulle...nous avons toujours 25 ans!
Je pensais me coucher mais à une heure du matin,Florian notre président se dit que c'est une bonne heure pour préparer notre intervention du lendemain dans un colloque sur les politiques publiques culturelles. Encore et toujours la connivence, la compréhension et le sourire de deux histoires militantes.L'une communiste,l'autre gaulliste mais toujours attachées au fond: la générosité de l'action culturelle pour améliorer l'homme dans son quotidien et le protéger des strass et des paillettes. Belle rencontre à cette occasion avec le Président communiste de la commission culture du Conseil régional du Centre.
vendredi 20 juillet
J'interviens dans un colloque d'ARCADI (assos culturelle de l'Ile de France)
C'est bien sur au titre de la FNCC que je participe à ce colloque . Je suis le "ptit gars de droite" au coté de mon ami Florian"le camarade de gauche".
Le débat est conduit par Anne Quentin, journaliste à "la scène", autour des "politiques" et des "politiques publiques". J'ai développé mon propos autour d'un tryptique "adopter,adapter et améliorer".( mes amis de la Table Ronde vont trouver des raisons de sourire...j'ai dévoilé une partie de notre pierre philosophale). En fait je pense que pour aboutir à un fonctionnement harmonieux entre "le" politique et "le" responsable culturel" il convient pour l'un d'adopter le projet des institutions, de les adapter au projet municipal et de tacher d'ameliorer l'ambition globale de l'établissement culturel; en retour et c'est une nécessité l'acteur culturel institutionnel doit adopter le programme municipal légitimé par l'élection, il doit l'adapter à son projet et tendre à l'amélioration globale de l'offre culturel grâce à l'alchimie produite.A défaut de ce double chemin parcouru c'est le responsable culturel qui perdra à tous les coups. A la première faiblesse il ne trouvera aucun soutien de la part du politique. Mon propos était assez brutal, sans fioriture, je crois que c'est pour ça qu'on aime bien me faire intervenir. J'ai vu deux copains/collègues Guy Dumélie( pas le jurassien...) et hervé Pérard sourirent souvent à mes propos...
Didier Guéniat et sa compagne arrivent en Avignon pour leur premier festival D'avignon.Didier fait sa carte de pro...l'aventure peut commencer!
- Diderot et monsieur Pascal , pièce écrite par Brisville au Chêne Noir à 16hrs avec les deux Mesguich. C'est une belle entrée pour mes amis dolois dans le "off" : un lieu embématique où les pièces sont presque toujours de grande qualité, de grands artistes et un beau texte, du théâtre quoi!
Nous passons ensuite un moment rare dans les "jardins d'Europe" que je souhaitais présenter aux dolois.A notre arrivée nous découvrons que les élus communistes y tiennent leurs journées de travail. Evidemment nous sommes invités illico à partager le "machon" avec eux...la magie d'Avignon, la magie de la FNCC, la richesse des hommes en fait.Nous terminons à la Civette(cf la photo).Un autre didier du haut jura nous rejoint...l'équipe jurassienne se renforce.
- Patty Diphusa au Chêne noir à 22H30, une pièce d'après un texte d'Almodovar.Tout simplement nul d'un commun accord des 4 jurassiens...pour une très très rare fois...nous quittons le spectacle en cours.Trop c'est trop!
Afin de ménager une pause dans notre longue nuit théâtrale nous nous rendons au bar "VIP" du festival. Entrée sur présentation d'une carte très très recherchée...comme tous les ans le décor est hyper"léché", cette année c'est très "seventies".
- Richard III librement adapté dans le "in" aux Carmes à 1 hrs du matin(vous voyez que nous sommes dans le festival à fond).Je suis heureux de voir mes amis emballés..ahh les trompettes de Jarre(le père).Je reconnais que je commence un poil à être crevé....mais bon je suis subjugué par les images , je demeure intérrogé par l'intérêt du récit.
samedi 21 juillet
On est dans le rythme de croisière du festival. En vieux renard de la chose j'ai pris garde de reserver les spectacles du off à l'avance. Ai tenté de construire un programme attractif, pas démago,plaisant, divertissant,éducatif...bref un produit d'appel pour le Festival d'Avignon !
- Rose bonbon à 14 hrs. C'est délicieux...comme un bonbon. Sorte de petite comédie musicale dans un salon de coiffure(clin d'oeil...). Une des comédiennes est de Besançon.Nous en sortant on a tous la banane , on a soif aussi !
- Le jour de l'Italienne à 17h15 à La Luna . Très joli spectacle très"avignon, on se regarde le nombril mais que c'est bon!".Il s'agit d'une pièce qui raconte le "montage" d'un spectacle pour Avignon...evidemment la salle constituée essentiellement de théâtreux (dont moi soyons clair!) est enthousiaste.Chacun y retrouve ses histoires.C'est aussi je trouve une bonne manière d'amener mes amis à l'émotion des gens de théâtre.Cela me renvoi à ce joli livre d'Anne WIAZEMSKY "Canines"publié en 1993 qui traitait du même objet. extrait :"on prononçait sans hésiter les mots succès,bide, four . C'était prématuré,inexact,injuste et parfois carrément mensongé...c'était excessif....c'était Avignon"(page 276 in Gallimard 1993)
A ce stade de la journée il y a une forte revendication de Didier pour boire une (des)
bière(s).Nous nous posons près de la "mecque" du off , la rue des teinturiers.
Le temps étant au grand soleil, je propose une visite à La Chartreuse de Villeneuve. Haut lieu de l'écriture théâtrale,centre de rencontre présidé par J.Rigaud l'ancien directeur de cab de Jacques Duhamel.La Chartreuse c'est toujours un éblouissement de couleur blanche.Didier se déchaine dans la librairie à vocation médiévale.Nous nous posons finalement pour le reste de la soirée à Villeneuve. A la cave Saint Marc ,que régis Prabonnaud m'avait fait découvrir il y a quelques temps, on attaque sérieux le Côte du rhône . Onse met en jambe pour voir (pour moi revoir) "En attendant le songe d'une nuit d'été" dans la création d'Irina Brook.Ca fonctionne à toutes les fois.Mon équipe est enchantée.Il est une heure du matin, avec Olivier Allemand de la maison de la culture de Nevers nous refaisons le monde autour de très nombreuses bières.Didier développe à cette occasion toute sa compétence...
Dimanche 22 juillet
Didier et gabrielle rentrent dans le Jura; Nous continuons notre périple théâtral avec l'autre didier...celui du haut jura...comme quoi les tablers ne sont pas tous des incultes!
- Jouvet,Delbos 39-45 au Balcon à 14h15. Mouai pas convaincant.Evidemment les leçons de Jouvet sur Phèdre ,mixées avec la shoa. C'est très peu lisible. On est très loin de deux spectacles qui ont marqué le début des années 90 "Elvire/Jouvet 40" et "Jouvet-Diderot le paradoxe du Comédien"
-Miss V à 16h10 au chien qui fume...avec Claire Nadeau. Un bon spectacle sur la rédactrice en chef virée d'un grand magazine de mode américain. Très proche de l'univers "du diable s'habille en prada".Le décor est rouge pétant...roses rouges...tapis rouge...coussins rouges...
-Le roi Lear à 21h30 dans la Cour d'Honneur mis en scène avec Sivadier. Bon là c'est la grand messe!Quoiqu'on fasse on entend murmurer Jean Vilar,Gérard Philippe,Maria Casarès.Ce soir Sivadier a "pris" la mesure de la cour pour son spectacle.Nous nous retrouvons proche de mon ami Michel,l'adjoint à la culture d'Avignon(cf la photo). Je suis emporté encore une fois par ce texte comme je l'avais été il y a près de 15 ans dans une mise en scène de Lavaudant.A 2h20 du matin le cour entière se lève pour acclamer les acteurs, le metteur en scène.Cette minute d'éternité m'émeut toutes les fois.
Lundi 22 juillet/mardi 23 juillet
Dans ma tête le festival est terminé. Je profite de ma présence dans cette région pour aller régler le marché des éclairages de Noël à Apt,siège de la société Blachère.Rendez-vous avait été pris quelques semaines auparavant.Je me passionne pour ce dossier entre esthétique et technique.
Avant de rentrer je vais voir la collection Lambert avec deux expositions temporaires de grande qualité, l'une de photographie sur la Comédie Française et l'autre sur le peintre américain Bloomy
Voilà c'est fini...il est temps de rejoindre de Dole.